Flaked : Venice Beach à bicyclette

Reviews Flaked : Venice Beach à bicyclette

Il y a des séries qui passent inaperçu, qui souffrent de comparaisons et de critiques trop hâtives, frôlant juste la surface mais ne creusant pas pour dénicher la pépite. C’est le cas de Flaked, une série Netflix parue en 2016, qui est passée inaperçue mais pas aux yeux de tout le monde. Pour nous, à la rédaction de 2nd Run, c’est une série qu’on a envie de cajoler, d’être amoureux et surtout qu’on a envie de vivre. Flaked c’est avant tout une série où l’on peut se reconnaître dans les personnages, leurs aventures, manières d’être et surtout l’ambiance. Flaked c’est une première saison très réussie et une deuxième plus discrète, sortie avec un an d’intervalle mais pour l’heure aucune nouvelle pour une troisième saison.

Flaked raconte l’histoire de Chip, un homme célibataire menant un train de vie plutôt détendu au sein de Venice Beach, un quartier sympathique de Los Angeles. La particularité de Chip est qu’il est Alcoolique Anonyme, suite à un grave accident de la route qui a causé une victime. On suit son quotidien, entre réunion, échange avec ses amis Denis et Spike, jusqu’au jour où son quotidien va être bouleversé par l’arrivée d’une jeune femme et semer la discorde avec son ami. Entre histoire d’amour, complicité, relation compliquée, nous pourrions nous faire une idée d’une histoire plutôt pas mal est déjà vue, et bien non, nous allons dépasser ce stade de la romance.

Cette série souffre d’une comparaison horrible et plutôt bête avec la série Netflix Love qui est sortie moins d’un mois avant. On a rien contre Love, nous l’avons même regardé, apprécié et fini en un trait. Cependant, on doit avoir quelques personnes névrosées vivant encore dans l’ère du comparatif des choses semblables alors qu’elles ne le sont pas. Love va aborder la romance, les difficultés de l’amour, les excès, l’addiction au sexe etc. On reste dans la même thématique tout le long de la série, avec une caractérisation des personnages bien précise comme le fait si bien Judd Apatow mais ça n’ira pas plus loin, vous êtes sur une histoire racontée. Flaked c’est des personnages, une ambiance et un train de vie. On suit la vie du quartier évoluer, on voit les personnages au premier abord plutôt simples, et on découvre du mal être, des personnages plus profonds. Les deux séries se passent à Los Angeles, mais une seule met réellement en avant sa localisation et nous le montre, Flaked. Loin de moi l’envie de rentrer dans un comparatif, mais pour nous ce sont deux séries totalement différentes. Libre à vous de faire votre avis.

Ce que l’on apprécie grandement dans Flaked, c’est l’évolution de l’histoire plutôt quelconque avec un scénario pas forcément folichon, mais c’est certainement le cast qui relève le niveau et qui se retrouve taillé pour le rôle. Will arnett dans le rôle principal de Chip, joue à merveille, on peut le dire c’est un rôle taillé pour lui comme pour David Sullivan, George Basil et la belle Ruth Kearney. Mais ce qui relève encore plus le niveau du scénario, ce sont les thématiques engagées, la dépendance à l’alcool, le mal être, la vengeance, l’amitié et surtout le terrible mensonge. Car oui Flaked c’est beaucoup de mensonge et de manque de sincérité entre chaque personnage. Et c’est à ce moment que ça devient intéressant et qu’on peut se reconnaître plus ou moins dans des personnages.

Et si nous vous parlions de l’ambiance de la série ? Et bien sachez que sur les 2 saisons au niveau de l’approche ça reste pareil, nous visitons Venice Beach à vélo, on s’autorise des excursions en dehors de la ville mais le principal reste à Venice. Ça vaut le coup ? Terriblement, entre la photographie, les prises de vue, les paysages, la musique, Flaked est un régal visuel et auditif. La seule grosse différence entre les saisons ce sont les lieux qui changent mais qui collent au scénario avec l’évolution de la ville. La musique quant à elle reste la même entre les deux saisons, emmené par une ambiance cool et relax, on verra des musiques sortir du lot comme Rose Petals et Brassy Sun de S. Carey. Deux musiques qui interviennent une fois à des moments précis de l’histoire et surtout des scènes qui sont une réussite à mes yeux.

Nous ne pouvons pas vous dire plus de choses à part qu’il faut plonger dedans et vous faire votre propre idée. C’est une série qui se regarde facilement avec au total 14 épisodes sur les 2 saisons. On pourrait facilement dire que cette série est un livre avec un début et une fin à chaque saison mais qui pourrait s’ouvrir sur encore autre chose, notamment une saison 3, car tout est possible à Venice Beach. Nous vous conseillons également de la voir en été, en soirée avec un beau coucher de soleil (et un verre de vin) pour vous y croire réellement. Ce n’est peut-être pas la meilleure série, mais rares sont celles où nous arrivons à nous identifier au personnage.

Articles récents

Sneak Peek #1 : Final Fantasy XVI

La licence Final Fantasy est de retour avec un nouvel opus. Square Enix a profité du showcase de la Playstation 5 pour...

La Petite Russie : En route pour Guyenne

« Le bois. Ça a jamais été mon fort. Mais bon. C’est ça qui va me mener à avoir ma terre. Faque je...

SpeedRun #1 : Ronin Island

Après l’événement « Le Grand Vent », une catastrophe qui dévasta la Chine, le Japon et la Corée,...

La Select’ Février 2019 : True Detective, Descender, Anthem…

Découvrir le Podcast La Select’ de février 2019 est disponible, au...

Aposimz la planète des marionnettes : Tome 1

“Aposimz, une aventure sombre et intrigante de Tsutomu Nihei, le créateur de Blame! et Knights of Sidonia. Un manga que l’on...

2nd Runner #2 : Alita Battle Angel

“Notre deuxième podcast 2nd Runner est consacré à l’adaptation au cinéma de Gunnm, l’oeuvre populaire de Yukito Kishiro.”
Damien Piquet
Aventurier du web passionné de comics, de cinéma & série, de jeux vidéos et de hockey sur glace.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici