Ce début d’été sera comme chaque année gravé par la journée de la musique mais pas cette fois. Notre début d’été est consacré à l’animation française pour adulte. Ce vendredi 22 Juin, nous avons eu la chance de participer à la projection des 3 séries d’animation de Bobbypills. Ce studio d’animation aux sonorités anglophones est bien français et surtout possède en son sein des artistes de renom qui n’ont plus rien à prouver comme Alexis Beaumont, Balak et Jérémie Périn.

L’histoire d’un studio indépendant

Bobbypills est un studio qui souhaite révolutionner l’animation pour adulte. Cette idée part d’un constat simple : une génération ayant grandit avec des dessins animés et ayant des attraits à regarder de l’animation japonaise, on leur propose quoi en France et dans les autres pays ? Rien. Ce n’est pas bankable, on préfère nous diffuser des bons téléfilms ou des séries bien de chez nous. Pas de place pour l’animation en France, ce n’est que pour les enfants. Pas chez Bobbypills, on veut proposer du contenu animé pour les adultes, un pari fou ? Pas réellement.

Le plus compliqué c’est de prouver que l’idée est bonne et fonctionnera, autrement dit, que l’oeuvre trouve son public, c’est ce qui a de plus compliqué. Le choix de Bobbypills est d’être diffusé sur une application mobile gratuite, Blackpills. Ce n’est pas un mauvais choix bien au contraire ça permet de proposer du contenu sous un nouveau format et c’est surtout parfait pour mesurer la température auprès d’un public en minimisant le risque de ne pas être diffusé surtout quand on propose du contenu pouvant être difficilement accepté.

Bobbypills assume leur choix en proposant du contenu pour les plus de 18 ans, avec des scènes pouvant choquer la sensibilité des plus jeunes. Quand on voit ce qu’ont donné des séries comme les Kassos et Lastman (oui, c’est eux derrière c’est deux petites merveilles) on ne peut que dire oui.

L’une des difficultés est d’adapter du format court en animation, avec l’application Blackpills on est sur des formats compris entre 5 et 10 minutes. L’application étant faite pour de la consommation sur mobile (dans le train ou autre, bien qu’on vous le dit hein, Bobbypills c’est NSFW). Personnellement, je trouve que c’est un format interessant pour ce type de contenu, d’ailleurs ça pourrait devenir une réelle drogue, on prend une bonne dose de bon temps à chaque épisode.

Résumé de la soirée

Une bonne ambiance avec une salle complète, accueillie à l’entrée avec des éventails en plastique aux couleurs de Bobbypills, ainsi que de leur mascotte. La soirée commence à 20h avec l’arrivé sur scène des membres du PIFFF (paris international fantastic film festival) nous expliquant le déroulement de la soirée ainsi que leur rôle. S’ensuit de la présentation du premier animé à être diffusé, la nouvelle création de Balak, PeePooDo & The Super Fuck Friends. Présentation du concept par Balak lui même, ainsi que la présence de 2 doubleuses dont la très célèbre Brigitte Lecordier (Sangoku dans DBZ). 3 épisodes de PeePoodo sont diffusés, la salle est à fond dedans, tout le monde chante le générique et tape dans ces mains, paris conquis. On enchaine avec Vermine avec une présentation, du chemin parcouru depuis les Kassos avec l’idée de refaire la même chose mais en injectant une storyline, chose qu’il est moins aisée de faire selon l’équipe créative. Ils en profitent pour nous dire qu’une saison 2 est prévue. Diffusion de l’intégrale de Vermin, qui pour rappel est déjà disponible sur l’application Blackpills et nous en avons déjà parlé dans notre sélection d’avril dernier. Un entracte de 20 minutes, le temps de se dégourdir les jambes. Reprise avec 3 épisodes PeePooDo et un petit mot à la fin pour expliquer qu’on avait eu le droit à des épisodes aléatoires de la saison 1 & 2 car elles ont été faites en même temps (18 épisodes au total). L’équipe créative de Crisis Jung arrive sur scène pour nous présenter le pitch avec, on le cache pas, une grosse attente. En effet, il s’agit de l’équipe de Lastman derrière cette dernière présentation. L’équipe nous tease une animation complètement dingue, impatiente de savoir ce qu’en pense le publique. C’est chose faite nous avons enchainé les 10 épisodes de Crisis Jung. Difficile de se donner un avis, tellement la créativité et la loufoquerie était présente. Une soirée bien animée, c’est le cas de le dire. Clairement pas déçus et même plutôt conquis par ce que nous avons pu voir. C’était inattendu et clairement on a hâte de voir les avis lors de leurs sorties qui sont d’ailleurs programmées pour cet été sur l’application Blackpills.

Vermin

Créé par : Alexis Beaumont, Hafid F. Benamar, Balak

Vermin, c’est l’histoire d’une mante religieuse mâle, qui part à la ville pour devenir flic et qui va en chier beaucoup. C’est un peu comme Zootopia mais sans la tolérance.

Nous avons déjà parlé de Vermin précédemment lors de notre sélection d’avril. Vermin c’est ce petit cop-show qui nous rappelle grandement les Kassos avec l’humour parfait pour une bonne dose de rigolade. Un monde rempli d’insectes, de crimes et de flics pas très doués, un mélange aussi bon qu’amusant. L’ajout d’une storyline est plaisant, ça nous permet de suivre ces épisodes et d’avoir une évolution des personnages, notamment des relations entre les deux protagonistes. Allez faire un tour sur l’application Blackpills, je vous mets au défi de vous arrêter qu’au premier épisode.

PeePoodo & The SuperFuck Friends

Créé et réalisé par : Balak

Série éducative pour les enfants de plus de 18 ans, “Peepoodo & Super Fuck Friends” explore sans tabou la sexualité sous toutes ses formes, avec des bites et des nichons. Une sexualité positive, débridée et qui fait fi des préjugés… avec au bout compte, pour seul message, la tolérance.

Nous avons eu la chance d’avoir le droit à 6 épisodes inédits car la série n’est pas encore disponible. On découvre un format court de 4-5 minutes par épisode avec des histoires indépendantes. Une série entièrement décomplexée, volontairement très trash, personnellement elle me rappelle Happy Three Friends mais en plus pornographique et moins morbide. Une mention spéciale pour le Docteur Lachatte et son charadesign de folie, on est persuadé que de nombreux fan arts verront le jour pour rendre gloire à ce personnage. Le générique est génial, on pourrait le chanter à chaque début d’épisode. C’est un grand oui, on rigole bien devant ce genre d’animation.

Crisis Jung

Créé par : Baptiste Gaubert, Jérémie Périn

Bienvenue dans un monde ravagé par les explosions de violence, un monde sans amour. Bienvenue dans le règne de petit Jésus. Dans ce monde, Jung, le héros au cœur brisé, poursuit sa quête: réunifier Maria, son amour perdu, sauvagement décapitée par Petit Jésus. Il pourra compter sur le soutien d’alliés croisés au hasard de sa route sanglante, des rencontres qui lui en apprendront beaucoup sur les autres, mais surtout sur lui-même. Il devra aussi malheureusement composer avec ses “crises de violence”, une malédiction incontrôlable qui prend source dans son âme meurtrie.

Comme dit précédemment on s’attendait vraiment à du Lastman et franchement on s’était fait une illusion. Un mal pour un bien, car on découvre une série complètement dingue et WTF. Le pitch est complètement dingue, on se retrouve dans un univers apocalyptique avec des monstres pouvant provoquer un effet malaisant, ressemblant à des engeances. On se pose réellement la question de ce que souhaitaient nous faire partager les créateurs de la série, le message caché ne l’est pas forcément mais il est parsemé de scènes complètement WTF. On attend la sortie sur l’application pour se replonger dedans et voir si on avait bien compris. Le seul petit défaut que l’on pourrait faire remarquer mais qui est propre à la diffusion dans une salle de cinéma, c’est la répétition des scènes, bien que celle-ci soit volontaire, on peut penser à une économie de production. En tous cas le résultat est là, on s’attendait à quelque chose d’autre et cet animé nous crée la surprise. On est clairement sur du jamais vu et c’est bon signe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here