Titre : Aposimz la planète des marionnettes - Tome 1
      Auteur : Tsutomu Nihei
        Éditeur : Glénat Manga

Résumé : Sur l’astre artificiel géant Aposimz, couvert de ruines… En plein milieu d’un exercice de marche, Ao, Biko et Esserow, habitants de la “poutrelle à la macle blanche” viennent au secours d’une fille étrange poursuivie par des soldats de l’empire de Libedoa. Celle-ci leur confie un “code” et sept projectiles capables de bouleverser le monde !

Aposimz : Tome 1 - Glénat Manga

“Aposimz, une aventure sombre et intrigante de Tsutomu Nihei, le créateur de Blame! et Knights of Sidonia. Un manga que l’on vous recommande dans cette critique.”

Alors que nous sommes en pleine réédition en format deluxe de Blame!, l’une des premières oeuvres majeures de Tsutomu Nihei, Glénat Manga en profite pour publier Aposimz, le nouveau manga de l’auteur fraîchement publié au Japon. Dans la lignée des aventures de Kili (protagoniste de Blame!) et le style de Knights of Sidonia, Tsutomu Nihei revient avec une oeuvre sombre, comme toujours, mais pas forcément ressentie sur le plan graphique. Entre lourde perte et vengeance, Aposimz est similaire à Fire Punch (édité chez Kaze Manga) mais se différencie par son univers qui se rapproche du côté cyberpunk de Blame! sans forcément en devenir une copie, on ressent plus une ambiance apocalyptique avec la raréfaction des ressources.

Aposimz : Tome 1 - Glénat Manga

Tsutomu Nihei revient avec une sombre histoire

C’est sur l’astre artificiel en ruines, Aposimz, que nous suivons l’aventure de Essro, habitant de la “poutrelle à la macle blanche” qui se retrouve au milieu d’une bien sombre histoire. En plein entraînement, l’équipe du protagoniste se retrouve face aux soldats de l’empire de Revidor, pourchassant une jeune femme mystérieuse détenant un objet important. Le pitch est relativement classique, mais il ne représente que les premières pages du premier tome. L’histoire prend rapidement une tournure différente, nous montrant l’univers, singulier dans lequel notre protagoniste évolue. Au travers ce tome, nous explorons les vestiges d’une civilisation sur le déclin et on nous montre une menace bien réelle en la présence d’une maladie qui transforme les humains en marionnette. Les marionnettes sont plus ou moins des zombies, en tous cas le cerveau ne réagit plus, et le comportement reste pour le moment inoffensif. Surgit alors les marionnettes régulières, un terme un peu plus barbare pour désigner des marionnettes possédant encore les facultés de réflexion mais en plus de ça des pouvoirs, voire une transformation en armure qui consomme de l’energie Heiggs, une sorte de source de mana/endurance. Autrement dit, Aposimz possède un background hyper développé et nous pesons nos mots, quand on voit le travail que fournit Tsutomu Nihei pour créer un univers, on peut déjà dire que c’est réussi sur cette oeuvre.

Aposimz : Tome 1 - Glénat Manga

Aposimz et la thématique de la vengeance

Nous sommes clairement sur un manga à lire et suivre sans être déçu. Aussi bien sur le scénario, le background et la recherche graphique. Tsutomu Nihei renouvelle le genre pour notre plus grand plaisir. Bien que les thèmes abordés sont encore un peu flou avec ce premier tome on distingue aisément celui de la vengeance, une idée que l’on retrouve dans beaucoup de manga de ce type. Mais la force de Aposimz réside certainement sur l’évolution du background au fil des tomes et la montée en puissance du héro avec, sans retenue, des choix de plus en plus difficiles pour le protagoniste. Il est d’ailleurs intéressant de voir le personnage principal être une figure forte dès le début du manga, notamment auprès de ces compères. Une fois les premiers chapitres passés, on voit de plus en plus ses faiblesses et un caractère voué à évoluer. Beaucoup moins cryptique que pourrait être Blame!, Aposimz est plus simple à prendre en main et nous donne de plus en plus envie de s’intéresser à cet univers mystérieux et intriguant.

Aposimz : Tome 1 - Glénat Manga

Des traits fins et des contrastes

Du côté artistique, c’est un véritable plaisir de retrouver le style particulier de Tsutomu Nihei qui a fait énormément de chemin depuis ses premiers travaux. C’est un plaisir visuel avec des traits hyper légers, fins et une palette qui ne dépasse pas trois teintes de gris. Le contraste entre les personnages et le décor se fait plus facilement que dans Blame!. On sent également, une amélioration de la technique de l’auteur dans la création des personnages. Encore plus contrasté dans la nuance, le passage en armure des Marionnettes régulières est très cool, rien que dans le design.

On peut facilement dire que Aposimz, Tome 1 est une réussite. Tsutomu Nihei prouve une nouvelle fois qu’il maîtrise son sujet à la perfection, du scénario au dessin en passant par le background. On sera présent pour les prochains tomes et avec un grand plaisir. C’est une lecture que nous vous conseillons très grandement. Vous ne serez pas déçus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here